C’est une question qui revient souvent lorsque je discute avec de futurs dessinateurs : quel matériel choisir ???

Alors, si je voulais être expéditive, je pourrais répondre : un crayon HB et une gomme, point ! Mais bon, cela ne ferait pas un bon article de blog et puis cela serait un peu mensonger car effectivement cette question je me la suis longtemps posée…

D’ailleurs, pas plus tard qu’hier, c’est une question de ce genre sur un groupe Facebook qui m’a inspiré cet article : “Quelle est la marque des crayons qu’utilise Tutodraw pour réaliser ses magnifiques portraits ???”

Eh oui ! Jordan Molina de Tutodraw est extrèmement talentueux et oui ses dessins sont vraiment splendides ! Mais ce n’est pas seulement le résultat d’un bon choix de matériel, vous vous en doutez !!!

Malgré tout, si cela ne fait pas l’artiste, il est nécessaire de faire des choix parmi la masse ENORME des produits proposés et c’est ce que je me propose de vous aider à faire avec cet article !

Le dilemme du choix…

Moi aussi j’ai été débutante et pire autodidacte, et pire encore, à cette époque préhistorique où Google n’existait pas ! C’est dire ma malchance ! Donc cette question du matériel m’a posé pas mal de problèmes, m’a pris un temps énorme et m’a surtout coûté très cher !

En effet, malgré ma bonne volonté et mon désir de dessiner, j’étais vraiment perdue lorsque je rentrais dans un magasin de beaux-arts, trop de choix, trop d’outils, trop de tout ! Impossible de m’y retrouver ! Même avec l’aide bienveillante du vendeur, mes premiers achats m’ont posé plusieurs problèmes, un peu liés à mon désir de tout essayer, tout de suite :

  • QUOI : je ne savais pas vraiment si ce choix-là était le bon, au bon prix pour moi et ce que je pourrais faire avec !
  • POURQUOI : j’achetais de très bons produits mais je n’obtenais pas les résultats escomptés avec ! Frustrant !!!
  • COMBIEN : je me ruinais avec un matériel top qualité que je ne savais pas utiliser correctement !

Le bilan de ces années d’errance fut :

  • une perte de motivation,
  • une dépense importante de temps et d’argent,
  • un gaspillage de matériel souvent inadapté à mon niveau technique ou à mon usage !

Alors, je ne dis pas que la qualité de votre matériel n’a pas d’importance mais votre choix doit toujours rester en  cohérence avec votre niveau et vos moyens !

Je vais vous donner quelques astuces simples pour ne pas vous y perdre, économiser votre argent et surtout vous équiper pour débuter sans problème le dessin au crayon !!!

Le choix essentiel du crayon graphite : H ou B ?

Qui dit crayon graphite dit crayon gris ! Vous pouvez choisir sans problème le crayon gris HB de notre enfance, ce n’est pas sans raison que les profs d’arts plastiques choisissent invariablement celui-là et je vais vous dire pourquoi : lorsque l’on débute, il faut se concentrer sur l’essentiel : la technique et la maitrise du trait.

Pour ces activités, inutile de chercher midi à 14 heures ! N’importe quel crayon fera l’affaire !

De plus le crayon HB est le crayon dit “de milieu de gamme”, il est à la fois tendre (B comme “black”) et reste malgré tout résistant à l’usure (H comme “hard”)

Ces lettres H et B sont des conventions qui nous indiquent la qualité de la mine graphite, si elle est tendre ou dure (c’est-à-dire riche ou pauvre en graphite) et à quel usage il est destiné. Les chiffres devant ces lettres nous indiquent le degré de dureté ou à l’inverse de tendreté : plus le chiffre est élevé, plus le crayon est tendre ou à l’inverse dur ! Cette gamme va du 10H au 12B généralement, avec l’exception du HB qui correspond à l’équilibre entre les deux genres.

Deux gamme de crayons pour deux usages distincts

On utilise généralement ces deux types de crayon pour des usages différents :

  • Les crayons H permettent d’obtenir une palette de gris allant du gris très clair au gris moyen. Ils sont parfaits pour un usage d’ombrage très léger, d’esquisse ou de travail de précision mais ils ont ce côté sec et dur qui griffe souvent le papier et l’endommage irrémédiablement ! Avec eux, impossible de réaliser des noirs et des gris foncés, même en appuyant fortement !
  • A l’inverse, les crayons B sont idéaux pour faire les ombres, travailler les fonds et obtenir des contrastes, ce sont des crayons gras, qui s’usent rapidement à cause de leur tendreté et qui tâchent !!! Plus riches en graphite, ils colorent de manière indélébile le papier et l’erreur est souvent fatale avec eux ! De plus,  ils ont tendance à métalliser le papier, à lui donner un effet brillant inesthétique et impossible à corriger !
Le génial mélange des deux : le crayon HB

Vous l’aurez compris, le crayon HB réuni les qualités des deux genres, les défauts en moins !

Avec lui, vous pourrez effectuer une multitude de tâches, avec plus ou moins de pression sur la mine, vous pourrez décliner une large gamme de gris allant du très clair au plus soutenu. Vous pourrez faire des esquisses, du portrait, du paysage, vous tromper, corriger, etc. Vous pouvez éventuellement choisir un crayon B ou 2B mais la gamme complète ne vous servira pas au début, pire, elle vous mettra des bâtons dans les roues !

Pour un débutant, le matériel doit rester simple car il n’apporte RIEN ! Ne faites pas la même erreur que moi lorsque j’ai débuté : acheter beaucoup de matériel ne pallie pas au manque de technique, c’est juste une manière de se rassurer !

Connaissez-vous la loi de Pareto, cette loi des 20/80 qui part du principe que seulement 20% de nos actions sont à l’origine de 80% de nos résultats ? Pensez-vous que le choix de votre matériel aura autant d’influence sur vos résultats ? Je ne le pense pas ! Le choix de votre matériel prendra tout son sens lorsque vous atteindrez un certain niveau de technique.

Donc, pour résumer, vous pouvez vous contenter sans aucun problème du crayon HB des écoliers, il fera très bien l’affaire au début !

Maintenant, vous êtes libres d’investir dès maintenant dans une boite de crayons graphite de bonne qualité, tout en gardant à l’esprit que ce choix n’aura pas d’effets considérables sur vos résultats, mais qu’ils vous seront très utiles bientôt !

Pour ma part, je travaille depuis longtemps avec les crayons Mars Lumograph de Staedtler, en deux versions, les classiques, en boite de 24 crayons (du 10H au 12B) et les Mars Lumograph black, enrichis en graphite, qui permettent d’obtenir des noirs plus intenses sans reflets métalliques. Si vous désirez investir maintenant dans des crayons de qualité à un prix modéré (comptez entre 0.90 cts et 1.65 euros le crayon) vous pouvez choisir ceux-là les yeux fermés !

Je vous mets ci-dessous les deux liens vers ces crayons, ce sont des liens affiliés avec Amazon grâce auxquels je perçois une commission à chaque achat, mais vous êtes libres de les acheter ailleurs bien sûr !!!

 

Si vous êtes débutant vous pourriez être intéressé par la lecture de mon défi “21 jours pour apprendre à dessiner un portrait hyperréaliste au crayon”

Les accessoires indispensables : papier, gomme, taille-crayon, etc.

Mon conseil reste là-aussi le même : simplicité ! Je vous ai listé les principaux, ils sont indispensables ! Difficile de dessiner sans papier  :)!!! Mais je vous explique quel choix faire pour respecter la règle du 20/80 :

  • Le papier : choisissez du papier blanc, mat, peu grainé* type pochette à dessin Canson, comme au collège (quand je vous dis que les profs savent ce qu’ils font !!!) Evitez le papier type imprimante, beaucoup trop fin et lisse, qui par son manque de matière et son aspect lustré empêche une bonne accroche de la poudre graphite, ôtant à votre future oeuvre tout relief !
  • La gomme : toujours le choix de l’écolier, une gomme blanche plastique classique, incolore et rectangulaire, elle ne tâche pas le papier, est très efficace et surtout économique ! Très peu couteuse (prix compris entre 0.50 cts et 1.50 euros !) on peut se permettre d’en acheter plusieurs et d’en tailler une en biseau pour corriger avec plus de précision !
  • Le taille-crayon : le choix est immense mais pour ma part, comme je déteste salir mon poste de travail, je choisis toujours des taille-crayons avec réservoir ! Le principal défaut d’un taille-crayon, quel qu’il soit, c’est l’émoussage de la lame avec le temps, donc pensez à en changer souvent, sous peine de casser régulièrement vos mines et user prématurément vos crayons !

*On appelle “grain” la texture plus ou moins lisse de la surface du papier. Dans la cas du papier dessin, il est un élément technique important dans le résultat final d’une oeuvre. Mieux vaut anticiper son choix pour éviter de voir plusieurs heures de travail gaspillées !

Bien sûr, le temps passant et la technique s’améliorant, vous aurez envie, avec raison, d’enrichir votre “trousse idéale” !

Alors, pour conclure, voici une liste de quelques outils très utiles que j’utilise régulièrement pour mon activité de portraitiste et qui deviendront vite des incontournables pour vous aussi :

Les accessoires “incontournables” !!!

  • Les estompes : c’est le nom que l’on donne à ces tortillons de papier buvard de différentes tailles qui permettent d’estomper, de floutter certaines zones du dessin pour donner de la profondeur ou du volume. Facile à trouver et relativement peu onéreux, ces outils ne sont pas indispensables (pour ma part je les utilise très souvent) mais ils peuvent être remplacés par un coton-tige ou un morceau de papier buvard.
  • La gomme de précision : ma préférée reste la mono-zéro, bout rond ou carré, elle me permet de réaliser des détails d’une grande minutie et d’intensifier les reflets (exemple dans la réalisation de la chevelure) mais il existe d’autres produits (comme le crayon-gomme) tout aussi efficace mais elle reste ma préférée !
  • La gomme mie de pain : je travaille aussi beaucoup avec cette gomme très molle et légèrement collante qui permet des allègement de matière (par exemple dans les zones très sombres d’un dessin, je tapote avec cette gomme pour créer du contraste) elle devient rapidement indispensable tant dans la pratique du dessin graphite que dans le dessin aux pastels.
  • La gomme électrique : dans les zones fortement foncées, elle est redoutablement efficace et permet de rester relativement précis tout en bénéficiant d’une grande puissance de gommage, très utile sur les zones fortement teintées.

Pour résumer : cette liste n’est pas exhaustive loin de là ! Mais bien démarrer en dessin ne consiste pas à s’équiper en matériel (bien souvent superflu) N’oubliez jamais que votre meilleur investissement doit rester la pratique, la maitrise du trait et la recherche de la connexion oeil/main, se sera votre action 20/80 la plus payante sans aucun doute !

Mais, comme je vous l’ai dit au début de cet article, j’ai été moi aussi une grande “accro” du matériel, des manuels, encyclopédies et cours de dessin en tout genre car c’est la chose la plus “facile” et la plus rassurante à faire : mais sans mise en pratique, cela restera une dépense et non un investissement, n’est-ce pas ?

Ecrivez-moi en retour vos propres expériences dans ce domaine du choix du matériel et ce que vous en pensez, je serais ravie de vous lire à mon tour, à bientôt !

Partager l'article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement mon "Petit guide des pastellistes débutants"